[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / Événement / Développement durable et gouvernance par les nombres : une approche juridique

Développement durable et gouvernance par les nombres : une approche juridique

Quand :
9 novembre 2017 @ 17:30 – 19:00
2017-11-09T17:30:00+01:00
2017-11-09T19:00:00+01:00
Où :
AFD le Mistral
3
place Louis Armand Paris 12
Coût :
Gratuit

Jeudi 9 novembre de 17h30 à 19h00
AFD le Mistral | 3, place Louis Armand
Paris 12 Développement durable et gouvernance par les nombres :
une approche juridique
Invité :
Alain Supiot, est professeur au Collège de France et membre de la Commission mondiale sur l’avenir du travail. Situés aux carrefours du droit, de l’anthropologie et de la philosophie, ses travaux sont connus du grand public au travers de quelques livres majeurs, tel que La gouvernance par les nombres, Fayard, 2015

Conférence-débat animé par :
Gaël Giraud, Chef économiste de l’Agence Française de Développement
© duncan

Le droit est un objet familier et mystérieux, dont l’importance est souvent sous-estimée. Il a pourtant une place centrale dans la construction de nos sociétés. Il ne sert pas seulement à voir le monde tel qu’il est, mais tel qu’il pourrait être.

Chaque époque possède sa propre représentation du monde et donc ses propres « lois ». L’État social est la grande invention institutionnelle occidentale issue de la révolution industrielle. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous observons le passage progressif d’un « imaginaire industriel » à un « imaginaire cybernétique » qui porte avec lui l’idéal d’une gouvernance par les nombres. Dans celui-ci, l’action de l’État ne serait plus pensée en termes de législation mais en termes de programmation : les individus répondent à des objectifs chiffrés suivant les orientations fixées par les gouvernements.
Aujourd’hui, cet État social est déstabilisé par le contexte de la mondialisation qui remet en question la façon occidentale de penser la société. À l’opposé, la globalisation propose l’idée d’un « Marché total, peuplé de particules contractantes n’ayant entre elles de relations que fondées sur le calcul d’intérêt. Ce calcul tend ainsi à occuper la place jadis dévolue à la Loi comme référence normative sous l’égide duquel on contracte ».

Lors de cette conférence, Alain Supiot présentera la manière dont les objectifs du développement durable s’inscrivent dans le mouvement plus général de substitution de la gouvernance par les nombres au « régime de droit » exigé par le Préambule de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme.

Share
Top