[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Alphabétisation des femmes au Burkina Faso : « C’est comme si j’existais, encore plus qu’avant »

Alphabétisation des femmes au Burkina Faso : « C’est comme si j’existais, encore plus qu’avant »

Selon l’UNESCO, Au Burkina Faso, le taux d’alphabétisation des adultes est de 34.6 % et de 26.2 % seulement pour les femmes. C’est pourquoi, comme le souligne Rosine TRAORE, directrice pays d’Aide et Action : « L’un de nos principaux axes d’intervention au Burkina Faso concerne l’alphabétisation des femmes avec, en objectif secondaire, la favorisation de leur autonomisation ».

Depuis environ neuf ans et avec le soutien de la Fondation L’OCCITANE, Aide et Action mène un programme d’alphabétisation au profit des femmes au Burkina Faso. En 2015, un nouveau modèle de projet mettant un accent particulier sur l’autofinancement a été lancé. En collaboration avec la Fédération burkinabée NUNUNA, le projet « Apprendre Pour Changer » (APC), mis en place dans la région du Centre-Ouest du Burkina Faso, cible cinq groupements de femmes dans les villages de Gallo, Sapouy, Gao et Oupon, situés dans la province du Ziro, ainsi que dans le village de Lan, situé dans la province de la Sissili.

Dans chaque village, un centre dédié aux femmes

Un centre a été construit , puis équipé de fournitures et de matériel didactique, dans chacun des villages. Des sessions d’alphabétisation y sont régulièrement dispensées et en parallèle, des activités génératrices de revenus ont été développées afin – à terme – d’autofinancer le fonctionnement de ces centres pour que de nouvelles femmes puissent y être accueillies. L’objectif : accroître les capacités économiques individuelles de toutes les femmes bénéficiaires.

« Ce sont les femmes elles-mêmes qui ont identifié les activités économiques qu’elles voulaient mener. Par exemple, à Gallo et à Oupon, elles ont choisi l’apiculture ; à Lan, c’est l’étuvage de riz ; à Gao, elles ont opté pour le petit élevage…. Ces activités ont fait l’objet d’une étude de marché en amont, les femmes sont formées, les matériels nécessaires leur sont fournis (ruches, cheptel…) et nous les suivons et les accompagnons » précise Rosine.

Cet article vous intéresse ? Pour en lire la suite cliquez ici


Dernières news sur les thèmes divers en cours (Vous pouvez proposer 1 news):

1 2 3 26

Voir les news plus anciennes

Share
Top