[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Dimitris Christopoulos, voix des droits de l’homme

Dimitris Christopoulos, voix des droits de l’homme

Élu à la tête de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), cet avocat grec a fait du respect des droits humains le combat de sa vie. Et met en garde ceux qui prennent la démocratie pour acquise.

Dimitris Christopoulos partage sa semaine entre Paris, au siège de la FIDH, et Athènes, auprès de sa famille.

Dimitris Christopoulos partage sa semaine entre Paris, au siège de la FIDH, et Athènes, auprès de sa famille. / Astrid Di Crollanza/pour la Croi

Au cœur de Paris, une façade quelconque au fond d’une impasse sans charme. Et derrière… l’effervescence. Ici, un petit groupe de juristes s’affaire : les uns finalisent un discours à prononcer devant l’ONU, les autres recoupent des témoignages à déposer devant la Cour pénale internationale, d’autres encore traduisent le tout dans diverses langues… Tour de Babel des temps modernes, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) est, depuis près d’un siècle, de tous les combats : lutte contre l’impunité, protection des droits humains, promotion de la démocratie.

Certains jours, la tâche est décourageante tant elle est colossale. Mais il suffit d’une victoire pour remobiliser les équipes, comme la récente condamnation du dictateur tchadien Hissène Habré, dans laquelle la FIDH a joué un rôle clé.

À sa tête : Dimitris Christopoulos, universitaire et avocat de 47 ans au verbe abondant et à l’énergie débordante. « Dimitris ? Vous ne pouvez pas le rater : c’est là où il y a de la musique », indique-t-on à l’entrée. Le patron des lieux travaille en musique. Classique, toujours. Fort, souvent.

Tutoiement de rigueur

Ce jour-là, l’Adagio du concerto n°23 de Mozart sert de guide. « La musique me calme », s’excuse presque l’intéressé, refermant un rapport sur la détention à Guantanamo. Poignée de main généreuse et, déjà, le quadragénaire embraie sur sa passion de toujours : le droit. Ou plutôt, « les » droits. « Il est urgent de repartir à l’offensive sur les droits de l’homme, plaide-t-il d’emblée. En ces temps de crise économique et de menace terroriste, les États voudraient reléguer ce combat au passé. Un peu comme s’il s’agissait d’un combat d’arrière-garde. Tu vois ce que je veux dire ? »

Tutoiement de rigueur donc… Qu’en déduire ? Une maîtrise approximative du français, langue apprise sur le tard ? Ou une volonté de capter la bienveillance de l’auditoire ? Rien de tout cela finalement. Dimitris Christopoulos ne s’arrête simplement pas à ce genre de détails. Pas le temps. Pas le goût. À l’entendre, l’essentiel est ailleurs.

Il est vrai que les dossiers qui s’empilent dans son bureau concentrent tous les maux du monde : migrants refoulés d’Europe, détentions arbitraires au Maroc, bombardements à Alep, intimidation des défenseurs des droits au Bahreïn, etc. Mais les maux « du monde » ne signifient pas forcément maux « d’ailleurs ». « Sachons regarder nos sociétés en face : cessons de considérer la démocratie pour acquise, elle ne l’est jamais », met-il en garde. Les Grecs en savent quelque chose, eux qui ont connu la démocratie sous Périclès et subi la dictature des colonels vingt-cinq siècles plus tard.

Spinoza, Machiavel et Marx

« J’ai cru, un temps, que nous assistions à une crise des droits de l’homme, décrypte l’intéressé. Avec le recul, je crois plutôt qu’on est entré dans une nouvelle ère. Regardez ce qui se passe aux États Unis, en Russie, en Turquie : un nouveau modèle de gouvernance s’impose avec le soutien des peuples. Un modèle où les droits humains passent pour une revendication inutile, voire un luxe… »

[…]

Pour voir la suite de cette interview cliquez ici ou copiez collez le lien situé en fin d’article

Enregistrer

Auteur :
Marie Boëton et La Croix
Url de l'article :
http://www.la-croix.com/France/Dimitris-Christopoulos-voix-droits-lhomme-2017-01-29-1200820780
Share
Top