[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / En Guinée, Aide et Action combat les violations des droits de l’homme

En Guinée, Aide et Action combat les violations des droits de l’homme

Ce 24 mars, c’est la Journée internationale pour le droit à la vérité en ce qui concerne les violations flagrantes des droits de l’homme et pour la dignité des victimes. À cette occasion, Aide et Action tient à rappeler l’importance de renforcer les sociétés civiles qui jouent un rôle fondamental dans les processus de démocratisation et de développement des pays. C’est ce que nous faisons en Guinée depuis plus de 10 ans.

Depuis 2007, Aide et Action est le chef de file d’un Programme Concerté de Renforcement des Capacités des Organisations de la Société Civile et de la Jeunesse Guinéennes (PROJEG) financé par l’Agence Française de Développement. Celui-ci a pour objectif de renforcer le rôle des citoyens afin qu’ils soient capables de faire respecter leur intégrité physique et morale et qu’ils connaissent leur droit au recours en cas de violation.

Un climat d’impunité pesant

En Guinée, la torture et les mauvais traitements demeurent une pratique courante et ordinaire, tout comme les violations des droits de l’Homme par les membres des forces de défense et de sécurité. C’est pourquoi ces questions sont toujours d’actualité et méritent une attention particulière.

Le climat d’impunité qui prévaut actuellement, est de nature à accentuer la distance et la défiance entre les justiciables guinéens par rapport à leur système judiciaire et ses représentants. Or, ce sont justement les bonnes relations entre la société civile et les pouvoirs publics qui permettent un dialogue renforcé et une gouvernance basée sur la concertation plutôt que la contestation. C’est précisément pour renforcer ce dialogue qu’Aide et Action travaille avec les associaitons des droits de l’Homme en Guinée et les pouvoirs publics.

Faire cesser les mauvais traitements

Afin d’améliorer la situation, Aide et Action a participé à la rédaction d’un rapport, avec d’autres organisations contributrices, intitulé « Guinée : Violation des droits de l’homme en région. Prévalence de l’impunité et désarroi des victimes et de leurs familles ». Celui-ci émet plusieurs recommandations à destination des autorités guinéennes, parmi lesquelles :

  • ratifier le Protocole facultatif à la Convention contre la torture et les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants afin d’instituer un mécanisme national de prévention de la torture ;
  • créer un mécanisme indépendant de surveillance des lieux de détention ;
  • exclure de toute procédure les déclarations obtenues par la torture ;
  • relever de ses fonctions tout agent des forces de défense et de sécurité soupçonné de torture et autres mauvais traitements.

Cet article vous intéresse ? Pour en lire la suite cliquez ici 


Dernières news sur les thèmes divers en cours (Vous pouvez proposer 1 news):

1 2 3 26

Voir les news plus anciennes

Share
Top