[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / « La haine qu’il faut » de Paule Salvanès.

« La haine qu’il faut » de Paule Salvanès.

« La mort fait partie des risques du métier d’humanitaire » 

A l’heure où certaines ONG sont sous le feu des critiques, ce roman est aussi un témoignage sur les dessous de l’humanitaire. Etudes supérieures achevées, Bosco, un jeune universitaire français, décide de partir en mission pour une ONG implantée en Afrique, dans des zones de guerre. Darfour puis RDC, au cœur de conflits ravageurs.

Il y découvre la réalité du secours aux populations mais aussi l’absolue nécessité de trouver des financements. Il y rencontre aussi la ravissante Dee, une photographe anglaise prête à toutes les audaces pour rapporter une image exceptionnelle.

Si les ONG sont souvent touchées par les accidents, il s’agit rarement

d’assassinats. Pourtant, Bosco comprend vite que certains décès d’humanitaires, un peu trop « inexpliqués », pourraient bien avoir un lien entre eux. Tandis que ses congénères le prennent rapidement pour un paranoiaque, il n’abandonne pas la piste que lui a soufflée son intuition.

Portrait de l’écrivain Paul Salvanès, dont le premier roman, « La haine qu’il Faut », sortira le 14 mars 2018 aux éditions du Toucan Noir.

12×20 – 416 pages

disponible à partir d’aujourd’hui au prix de 13,90€

 

Cet article vous intéresse ?


Dernières news sur les thèmes divers en cours (Vous pouvez proposer 1 news):

1 2 3 25

Voir les news plus anciennes

 

Share
Top