[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Le HCR et l’OIM appellent l’Europe à prendre des mesures face aux décès de migrants et réfugiés en Méditerranée

Le HCR et l’OIM appellent l’Europe à prendre des mesures face aux décès de migrants et réfugiés en Méditerranée

A la veille d’une réunion informelle du Conseil européen à La Valette, à Malte, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont appelé jeudi les dirigeants européens à prendre des mesures pour faire face au décès de migrants et de réfugiés en mer Méditerranée et aux conditions que ces derniers rencontrent en Libye.

« Pour mieux protéger les réfugiés et les migrants, nous avons besoin d’une Union européenne forte qui s’engage au-delà de ses frontières à protéger, aider et trouver des solutions pour les personnes dans le besoin. Cela comprend le renforcement des capacités pour sauver des vies, le renforcement de l’état de droit et la lutte contre les réseaux criminels », ont déclaré les deux agences onusiennes dans une déclaration conjointe.

Avec plus de 5.000 décès enregistrés, l’année 2016 a été la plus meurtrière de toutes en Méditerranée, un chiffre à comparer aux 3.771 morts dénombrés en 2015.

Le HCR et l’OIM ont réclamé des efforts concertés pour garantir la mise en place de systèmes d’accueil durables en Libye ainsi que dans les pays voisins, lorsque la situation sécuritaire et politique le permet.

Elles ont également demandé instamment que l’on renonce à une gestion des migrations basée sur la détention automatique des réfugiés et des migrants dans des conditions inhumaines en Libye et la mise en place de services d’accueil appropriés.

Le HCR et l’OIM sont souhaité que le sommet européen permette l’adoption d’une approche commune de l’Union européenne en matière de migrations. Les deux agences estiment que, compte tenu du contexte actuel, il n’est pas approprié de considérer la Libye comme un pays tiers. Des mesures concrètes en faveur du gouvernement libyen sont nécessaires pour renforcer les capacités d’enregistrement des nouveaux arrivants, soutenir le retour volontaire des migrants, traiter les demandes d’asile et offrir des solutions aux réfugiés.

Le HCR et l’OIM ont souhaité enfin que des solutions humaines puissent être trouvées pour mettre fin aux souffrances de milliers de migrants et de réfugiés en Libye et dans toute la région. Les deux agences se sont dit prêtes à apporter leur aide.

Auteur :
Nations Unies
Url de l'article :
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=38902#.WJR0n1XhC1s
Share
Top