[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Jonathan, 17 ans, battu en Libye et secouru par l’Aquarius en Méditerranée

Jonathan, 17 ans, battu en Libye et secouru par l’Aquarius en Méditerranée

Un bateau de migrants recueillis par l'Aquarius en janvier 2017.

Un bateau de migrants recueillis par l’Aquarius en janvier 2017. © Anthony Jean

Oussama est médiateur. Il travaille à bord de l’Aquarius, navire de recherche et de sauvetage affrété conjointement par Médecins Sans Frontières et SOS Méditerranée. Ici, il nous raconte l’histoire de Jonathan, jeune homme de 17 ans originaire du Nigeria, récemment secouru par le bateau.

Nous venions de conclure l’opération de sauvetage. J’étais retourné à bord du navire et avais entamé mon tour habituel auprès des passagers, échangeant quelques mots avec eux. C’est ainsi que j’ai rencontré Jonathan, jeune Nigérian de 17 ans.

J’ai tout de suite remarqué la grande cicatrice qu’il avait sur le poignet. Nous avons commencé à discuter de tout et de rien : de la Coupe africaine des nations à sa traversée de la Méditerranée… C’est comme ça qu’il a commencé à me raconter son histoire.

« C’est une longue histoire », m’a-t-il dit. « Ce que j’ai vécu est inimaginable pour un garçon de mon âge. »

Progressivement, Jonathan a commencé à s’ouvrir. Il n’avait malheureusement pas pu étudier car sa famille était trop pauvre. Il avait grandi presque sans mère et son père était décédé un an plus tôt.

« J’étais déjà parti lorsque mon père est mort. J’étais au Maroc. J’ai quitté le Nigéria il y a trois ans et sept mois. J’ai tenté de survivre en vendant des tomates, mais j’ai fini par craquer. »

Il a suivi l’exemple de certains de ses compatriotes qui ont quitté le Maroc pour se rendre en Libye. C’est alors que s’est ouverte une terrible page de sa vie.

Jonathan, jeune Nigérian secouru par l'Aquarius © Antony Jean

Jonathan porte encore les stigmates de sa captivité © Antony Jean

« Je suis allé à Sabratha, où j’ai commencé à travailler en tant que porteur. Mais très vite, je me suis retrouvé dans un enfer sans fin. Un jour, j’ai été agressé et volé en pleine rue. Mes agresseurs m’ont kidnappé et retenu en otage pendant près de deux mois. »

Les larmes aux yeux, Jonathan racontait son histoire les yeux dans le vide, l’air perdu. Il a poussé un soupir, s’arrêtant soudainement de parler, avant de reprendre avec plus de vigueur : « Ils m’ont emmené dans une maison avec une grande cour. Ils m’ont enfermé dans une salle où nous étions environ soixante. Nous pouvions à peine respirer car il n’y avait qu’une petite fenêtre. »

« Ils avaient tous des kalachnikovs, ils sont entrés dans la salle, ont emmené certains d’entre nous et commencé à nous battre. Plus nous criions fort, plus ils nous battaient. Parfois, ils tiraient en l’air pour nous effrayer. Ils demandaient de l’argent et si nous n’en avions pas, nous savions que nous étions foutus ! »

J’écoutais Jonathan et essayais d’imaginer ce qu’il avait traversé, mais j’ai compris que je n’y arriverais pas.

[…]

Cet article vous intéresse ? Pour en voir la suite cliquez ici ou copiez collez le lien situé en fin d’article

Voir également le dossier REFUGIES
C'EST ICI

Enregistrer

Enregistrer

Auteur :
Médecins sans frontières
Url de l'article :
http://www.msf.fr/actualite/articles/jonathan-17-ans-battu-en-libye-et-secouru-aquarius-en-mediterranee
Share

Laisser un commentaire

Top