[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Kidal : LES LYCÉENS REPRENNENT LE CHEMIN DES CLASSES

Kidal : LES LYCÉENS REPRENNENT LE CHEMIN DES CLASSES

Trois semaines après leurs cadets de l’école fondamentale, les élèves du lycée public Attacher Ag Illy de Kidal ont repris le chemin des classes le 31 octobre dernier. Cette rentrée revêt un caractère très spécial pour les lycéens de la région qui, pour la plupart, s’étaient dispersés à travers le pays ainsi que dans les pays voisins depuis 4 ans. La réouverture de cette école est consécutive aux travaux de réhabilitation d’écoles et des locaux de l’administration engagés par le gouvernement et ses partenaires, notamment la MINUSMA. Ces travaux concernent la reconstruction et la réparation, l’acquisition de matériels mobiliers et du matériel didactique ainsi que la reconstitution de programmes scolaires.
La cérémonie d’ouverture officielle du lycée a réuni autour du directeur de l’Académie de Kidal, Ibrahim Ag Mohamed, le gouverneur de la Région, Sidi Mohamed Ichrach ainsi que les représentants des partenaires techniques et financiers de la 8ème région. Les parents, venus de partout à travers la région, ont tenu à accompagner leurs enfants à l’occasion. Certains ont pu confier leurs enfants aux enseignants. Tandis que d’autres cherchaient toujours un tuteur à leurs enfants dans une ville dont le tissu social a été sérieusement affecté par la crise.
Dans son adresse, le chef de l’exécutif régional, Sidi Mohamed Ichrach, a tenu à remercier tous les partenaires qui se sont résolument engagés depuis des mois pour la rénovation des écoles afin que les enfants de Kidal, comme leurs camarades des autres régions du Mali, puissent reprendre le chemin de l’école. «Cette rentrée du lycée public Attacher Ag Illy constitue l’aboutissement de plusieurs mois de travail pour d’abord réhabiliter les classes, les doter de mobiliers, mais surtout pour reconstituer les dossiers scolaires et académiques détruits pendant la crise, et surtout pour évaluer la situation matérielle et sécuritaire de la ville de Kidal. Il s’agit de mettre nos enfants à l’abri des tumultes de la rue, de la violence et d’emprunter le chemin de l’avenir, donc de l’école», a-t-il indiqué. Le gouverneur rappellera que l’éducation intègre aujourd’hui les priorités du gouvernement et des groupes armés. Cependant, a-t-il souligné, les besoins à couvrir dans le secteur de l’éducation dans la Région sont nombreux et le processus est progressif. « Au fur et à mesure que les écoles seront rénovées et que la situation sécuritaire de la zone le permettra, les classes rouvriront », a précisé le gouverneur.
Après la réouverture effective des classes, ce sont les jeunes filles de Kidal qui ont bouclé leur cycle de formation en coupe et couture. Initiée par l’ONG ASSADDEC en partenariat avec la MINUSMA, cette formation destinée aux jeunes femmes de la région de Kidal vise à contribuer à l’insertion des jeunes dans la vie socio-économique, afin d’assurer leur autonomisation. Ceci, à travers une formation en coupe et couture. Avec ce projet, plusieurs emplois locaux seront ainsi créés, ce qui profitera à l’autonomisation des jeunes. La cérémonie qui a sanctionné cette formation a été l’occasion pour les apprenants de recevoir 40 machines à coudre.
Le chef du bureau local de la mission onusienne, El Hadji Ibrahima Bolly Diène, a réaffirmé l’engagement de son organisation à accompagner notre pays dans ses efforts de paix et de réconciliation. Il a noté que cette formation, suivie de remise de machines à coudre, vise à promouvoir l’emploi des jeunes dans la région, une condition fondamentale pour le retour de la paix.
Le gouverneur a rappellé que la crise qui sévissait dans sa région depuis 2012 a provoqué le départ de certaines entreprises, réduisant ainsi les opportunités d’emplois. C’est pourquoi cette formation, a dit Sidi Mohamed Ichrach, constituera une opportunité économique pour la jeunesse et favorisera l’amélioration des conditions de vie des populations.
Au-delà de la simple création de richesses pour les bénéficiaires, elle permet de recréer des liens socio-professionnels entre eux et des retombées économiques indirectes parfois importantes pour l’ensemble de la communauté.
La représentante du collectif des bénéficiaires a déclaré que ce projet vient à point nommé. «Nous encourageons la MINUSMA et ses partenaires à tout faire pour que les femmes puissent retrouver leur vie d’antan, car rien ne pourra se faire sans les femmes.
Ce projet va permettre à ces centaines de femmes de mener des activités génératrices de revenus dans le cadre du développement de leur région, contribuant ainsi à ramener la paix et la stabilité, la cohésion sociale entre les populations qui ont souffert de cette crise», a t-elle indiqué.

Share
Top