[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / L’ÉLECTRIFICATION DE L’AFRIQUE : COMMENT ÉCLAIRER DURABLEMENT CE CONTINENT ?

L’ÉLECTRIFICATION DE L’AFRIQUE : COMMENT ÉCLAIRER DURABLEMENT CE CONTINENT ?

L’Afrique compte actuellement une population de 1,2 milliard d’individus… dont 50% n’a toujours pas accès à l’électricité. Une situation unique au monde. Or, à l’heure de la transition énergétique, les yeux des occidentaux sont braqués vers le continent africain : pour respecter les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique, le pays devrait investir en priorité dans les énergies renouvelables pour assurer son électrification. Un modèle évident si on considère les atouts naturels du continent, mais qui peine encore à se mettre en place.

Une électrification qui tarde à se mettre en place

La population africaine connait une croissance de 5% par an. Un dynamisme qui n’est pas sans soulever certains problèmes sur le plan des besoins énergétiques. Pour l’instant, la moitié de la population, soit 621 millions d’habitants, n’a toujours pas accès à l’électricité. Mais derrière les chiffres généraux, l’Afrique dévoile une situation bien plus que contrastée : elle est clairement divisée géographiquement. Selon le Global Energy Architecture Performance Index Report de 2017, les pays d’Afrique du nord (l’Algérie, l’Egypte, la Lybie, le Maroc, la Tunisie) affichent un taux d’électrification de 100% ; l’Afrique du Sud atteint les 85,40%. Mais le score chute ensuite rapidement : si le Ghana, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Nigéria parviennent à un taux d’électrification situés entre 55% et 65%, la majeure partie des pays africains se situe en-dessous de la barre des 27%, avec de véritables déserts énergétiques dans certaines régions.

Les locomotives énergétiques de l’Afrique

Grâce à la baisse des prix des énergies renouvelables, l’avenir énergétique de l’Afrique semble se dessiner en vert. Plusieurs pays ont d’ailleurs déjà investi avec succès dans cette filière, profitant notamment de l’exceptionnel taux d’ensoleillement du continent pour développer leur filière photovoltaïque. C’est notamment le cas du Maroc qui a mis en service, en février 2016, la centrale solaire Noor, l’une des plus grandes au monde, d’une puissance de 160 MW. A une échelle plus modeste, le Sénégal a lui aussi inauguré une centrale solaire, Senergy II, en 2016. D’une puissance de 20 MW, elle a permis de couvrir les besoins de 200 000 foyers sénégalais. Une avancée cruciale pour un pays dont la moitié de la population n’a pas accès à l’électricité. Et cette réussite a donné des idées à l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine dont les huit pays membres (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Togo et Sénégal) ont signé un accord avec Schneider Electric pour construire huit centrales solaires qui permettront de raccorder 100 000 foyers.

Mais l’hydroélectricité a aussi séduit quelques pays, notamment l’Ethiopie dont 95,6% de l’électricité est produite par l’hydraulique. Ce qui n’empêche pas le pays de s’intéresser à l’éolien et même à la géothermie. Grâce à ses nombreux investissements et une stratégie énergétique particulièrement dynamique, l’Ethiopie est parvenue à faire progresser sa production d’électricité de 700% entre 1990 et 2014.

Cet article vous intéresse ? Pour en lire la suite cliquez ici 


Dernières news sur les innovations (Vous pouvez proposer 1 news sur ce sujet):

1 2 3 16

Voir les news plus anciennes

Share
Top