[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Maroc : la liberté d’expression restreinte par le code pénal, selon Human Rights Watch

Maroc : la liberté d’expression restreinte par le code pénal, selon Human Rights Watch

Dans un point de vente de journaux, le 16 mars 2017, dans la medina de Rabat, au Maroc. © Mosa’ab Elshamy/AP/SIPA

L’ONG Human Rights Watch demande à ce que les lois marocaines qui prévoient des peines de prison dans le code pénal pour des écrits soient modifiées.

Au Maroc, le nouveau code de la presse, entré en vigueur en août 2016, a permis quelques avancées mais la liberté d’expression reste largement restreinte par le code pénal, a estimé jeudi l’ONG internationale Human Rights Watch (HRW), dont le siège est à New York. Cette dernière a rendu public un rapport d’une trentaine de pages à ce sujet, préparé il y a plusieurs mois et qui n’attendait que la nomination d’un nouveau gouvernement pour être publié.

C’était l’une des principales réformes de l’ancien gouvernement : le nouveau code de la presse, élaboré et défendu par l’ex-ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi, en remplacement de l’ancien code de 2002, avait suscité une levée de boucliers chez les professionnels du secteur, inquiets par exemple de l’interdiction de la publicité pour les jeux de hasard et l’alcool, qui peut affecter le marché publicitaire de la presse. Mais tous  lui reconnaissaient malgré tout certaines avancées, en premier lieu desquelles la suppression des peines de prison.

Le souci est ailleurs selon HRW

Mais comme le rappelle HRW, qui a « analysé en profondeur cette réforme », si le nouveau code de la presse ne prévoit plus de peines de prison, le code pénal révisé en prévoit toujours, notamment pour les écrits ou discours publics qui franchissent les « lignes rouges », à savoir la monarchie, l’islam et l’ « intégrité territoriale », terme qui renvoie au dossier du Sahara occidental.

« Abolir les peines de prison dans une loi pour les faire resurgir dans une autre, ce n’est pas ce qu’on appelle une réforme convaincante », a déclaré pour HRW Sarah Leah Whitson. « S’exprimer pacifiquement ne doit plus être puni de prison au Maroc, point final ».

[…]

Cet article vous intéresse ? Pour en lire la suite cliquez ici ou copiez collez le lien situé en fin d’article


Dernières news sur les plaidoyers (Vous pouvez proposer 1 news sur ce sujet):

1 2 3 19

Voir les news plus anciennes

 

Auteur :
Jeune Afrique et AFP
Url de l'article :
http://www.jeuneafrique.com/435043/societe/maroc-liberte-dexpression-restreinte-code-penal-selon-human-rights-watch/
Share
Top