[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / La nouvelle guerre mondiale contre l’aide humanitaire

La nouvelle guerre mondiale contre l’aide humanitaire

Femme avec un enfant sur le dos donnant son empreinte digitale pour recevoir un transfert d’argent dans le cadre d’un programme de sécurité sociale dans le nord-est du Kenya. Colin Crowley/Flickr

Si vous travaillez dans une organisation humanitaire britannique depuis quelques années, vous avez sans doute remarqué l’apparition d’un nouveau risque dans votre cadre logique : « et si le Daily Mail s’en prend à mon projet ? »

Le Daily Mail (et son pendant hebdomadaire, le Mail on Sunday) n’est pas le plus lu, il n’est soumis à aucun contrôle et il n’a aucune connaissance du secteur humanitaire, mais il adore attaquer tout ce qui s’apparente à des pauvres profitant de l’argent des contribuables britanniques. Peu importe qui sont ces pauvres : le Mail est un grippe-sou qui ne fait pas dans la discrimination et cherche à arracher le moindre centime à quiconque ne lui plaît pas.

Ce mois-ci, par exemple, ce sont les Pakistanais faisant la queue aux distributeurs qui ne lui plaisent particulièrement pas. « Juste au moment où vous pensiez que ça ne pouvait pas être pire », glapit le Mail, « VOTRE argent est distribué dans des enveloppes et des cartes de débit bien alimentées ». L’argent en question fait partie du Programme Benazir de soutien aux revenus (Benazir Income Support Programme, BISP), au Pakistan, mais le Mail passe les 4 000 mots suivants à attiser le scandale au sujet des transferts monétaires en général, pour terminer avec LA question : ces transferts sont-ils « une utilisation judicieuse de l’argent public » ?

Une telle attaque peut sembler étrange lorsque l’on sait, d’après les évaluations menées, que les transferts d’argent à visée humanitaire augmentent l’efficacité, la transparence et la redevabilité de l’aide au développement, soit exactement ce que le Mail prétend vouloir.

Tout devient plus clair lorsque l’on réalise que l’objet de l’article n’est pas d’informer les lecteurs, mais de les mettre en rage. En 2016, le Mail a lancé une pétition pour que le Royaume-Uni renonce à allouer 0,7 pour cent de son PIB à l’aide au développement. Le journal a également publié un manifeste en huit points sur l’aide publique au développement, dont la première proposition est de revenir sur cette annonce de contribution de 0,7 pour cent du PIB. Les sept autres points étaient, par contre, étonnamment convaincants. Le point trois, par exemple, appelait à réprimer les prestataires qui s’enrichissent.

Le problème, c’est que ces points sont exposés sans la moindre nuance afin de susciter une indignation maximale. Si vous avez besoin de plus de preuves, il vous suffit de lire un de leurs articles plus récents dénonçant « les patrons de l’humanitaire qui empochent des salaires et des bonus mirobolants ».

Je ne pense pas que beaucoup d’humanitaires tiennent absolument à débattre du salaire de David Milliband (ancien ministre travailliste directeur du Comité international de secours). Ce serait d’ailleurs un exercice inutile, car le Mail n’est qu’un indicateur d’alerte précoce : le Royaume-Uni a maintenant pour secrétaire d’État au développement international une femme qui pense que son département ne devrait pas exister.

De l’autre côté de l’Atlantique, ce n’est pas bien mieux : qui sait ce qui va se passer aux États-Unis, le plus grand bailleur de fonds au monde, après l’investiture de Donald Trump ? Le futur président a à peine parlé de l’aide internationale et seulement dans le cadre de sa vision d’un monde à somme nulle. Interrogé par Fox News sur l’aide humanitaire, il s’est contenté de dire : « Je ferais tout ce que je peux pour maintenir ces pays à flot, mais […] nous sommes une nation endettée ». La raison d’une telle absence de détail semble évidente : il n’est pas au courant et ça ne l’intéresse pas.

 

[…]

Cet article vous intéresse ? Pour en voir la suite cliquez ici ou copiez collez le lien situé en fin d’article 
Auteur :
Paul Currion, IRIN NEWS
Url de l'article :
http://www.irinnews.org/fr/opinion/2017/01/11/la-nouvelle-guerre-mondiale-contre-lE28099aide-humanitaire
Share
Top