[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Une nouvelle île de plastique photographiée dans les Caraïbes

Une nouvelle île de plastique photographiée dans les Caraïbes

Caraïbe, palmiers, soleil et crustacés… Dans l’esprit commun, la destination a tout d’idyllique. Pourtant, depuis son bateau, Caroline Power montre avec une simple photo symbolique l’effrayante quantité de plastique qui s’est agglutinée le long des côtes de l’île de Roatan, qui est habitée. L’image inquiétante relève pourtant d’un triste quotidien dans de nombreux endroits, touristiques ou non, de la planète. « Il faut que ça s’arrête » commente-t-elle.

L’image choquante fait le tour des réseaux sociaux

Les bouteilles, gobelets couverts et sachets qui flottent à la surface de l’eau forment une masse stagnante et dérangeante. Le cliché expose ce que nous n’aimons pas voir : notre incapacité latente à produire et consommer de manière responsable. Selon le magasine Forbes, ce plastique pourrait provenir en partie du Guatemala, drainé par les courants, où une quantité importante de déchets a récemment été rejetée à la mer via l’un des fleuves du pays, le Motagua. 

La photographe, elle même tristement étonnée par cette découverte, a partagé le cliché sur les réseaux sociaux le 16 octobre dernier afin de contribuer à une prise de conscience générale et à la responsabilisation individuelle. « Pensez à votre quotidien. Comment avez-vous mangé votre nourriture la dernière fois que vous avez mangé dehors ? Votre nourriture était probablement servie dans du polystyrène, accompagnée d’une fourchette en plastique », écrit-elle notamment avant de lancer un défis à chacun : « Gardez vos ordures pendant une semaine. Triez les déchets organiques et ceux qui ne le sont pas. Vous serez dégouté de la quantité d’emballages n’ayant qu’une seule utilisation ». Pour cause, nos aliments achetés dans les grandes surfaces sont pour la majorité d’entre eux sur-emballés. Par ailleurs, nous nous sommes habitués à consommer du tout-jetable sans réfléchir aux conséquences, si bien que de nombreux objets sont tout bonnement mis à la poubelle après une seule utilisation, avec une chance de se retrouver un jour dans nos océans.

Share
Top