[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Situation catastrophique des migrants en Serbie : témoignage d’Andrea Contenta, conseiller aux opérations de MSF à Belgrade

Situation catastrophique des migrants en Serbie : témoignage d’Andrea Contenta, conseiller aux opérations de MSF à Belgrade

Un migrant dans un entrepôt désaffecté, à Belgrade, le 5 janvier 2017.

Un migrant dans un entrepôt désaffecté, à Belgrade, le 5 janvier 2017. © Marko Drobnjakovic

Plus de 8 000 personnes sont actuellement bloquées en Serbie et vivent dans des bâtiments abandonnés, par des températures qui ont pu atteindre -20°C en janvier. Sans infrastructures adéquates, nombreux sont celles et ceux qui développent des problèmes de santé liés au froid.

Depuis des mois, MSF fait pression sur les autorités européennes et serbes pour trouver des solutions adéquates et dignes, mais malgré cela, la vie et la santé de ces personnes vulnérables sont toujours menacées. Andrea Contenta, conseiller aux opérations de MSF en Serbie, décrit la situation déplorable qu’il a pu constater en janvier dans ce pays, situé sur l’une des routes migratoires les plus empruntées d’Europe.« Je suis arrivé à la fin de l’été dernier. La Serbie était toujours considérée comme un pays de transit, un flux constant de personnes y entrait et sortait malgré la fermeture officielle de la route des Balkans par l’Union Européenne. La vaste majorité d’entre eux voyageait en compagnie de passeurs.

Mais à la fin de l’été, la situation a changé. Les pays de la route des Balkans ont semblé chercher à se surpasser les uns les autres en proposant des mesures dissuasives de plus en plus sévères afin de stopper le flux de migrants.

À cette époque, au moins la moitié des patients de nos cliniques présentaient des blessures liées aux violences. Nous étions contraints de transférer les cas les plus graves à l’hôpital. Nous rencontrions des morsures de chien, de graves contusions, des blessures liées à l’emploi de gaz lacrymogènes et de Tasers. Chaque jour, des personnes nous racontaient que ces blessures étaient le résultat d’agressions des garde-frontières (y compris d’agents de Frontex) sur la route. Malheureusement, même les enfants n’étaient pas épargnés… Je me souviens notamment d’un enfant de deux ans qui avait reçu du gaz lacrymogène sur le visage !

[…]

Pour voir les autres rubrique de cet article cliquez ici ou copiez collez le lien situé en fin d’article.

Auteur :
Médecins Sans Frontières
Url de l'article :
http://www.msf.fr/actualite/articles/situation-catastrophique-migrants-en-serbie-temoignage-andrea-contenta-conseiller
Share
Top