[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Le solaire, source d’énergie des camps rohingyas

Le solaire, source d’énergie des camps rohingyas

Dans les miséreux camps de tentes des Rohingyas au Bangladesh, dépourvus d’eau courante ou d’infrastructures, la brûlure de la chaleur est astucieusement convertie en électricité par nombre de réfugiés grâce à l’installation de panneaux solaires.

À l’entrée du camp de Balukhali, l’une de ces ubiquitaires plaques bleu irisé chauffe au-dessus de l’épicerie de fortune de Kabir Ahmed.

Travaillant dans un élevage de crevettes en Birmanie, cet homme de 46 ans s’est improvisé commerçant depuis son arrivée fin août au Bangladesh pour fuir les violences considérées par l’ONU comme une épuration ethnique.

Le dispositif solaire, relié à une batterie, lui fournit assez d’énergie pour faire fonctionner quatre ampoules et deux petits ventilateurs portatifs.

« Maintenant nous pouvons avoir de la lumière pendant la nuit, et quand il fait vraiment chaud le ventilateur nous procure un peu de soulagement », explique-t-il à l’AFP vêtu d’un simple pagne, épongeant les litres de sueur sur son torse nu à l’aide d’un linge.

Le premier ventilateur est installé au-dessus du comptoir de son échoppe. Malgré la chaleur de bête de la mi-journée, ses pales restent immobiles.

Le second, alimenté via un fil qui part vers la tente d’à-côté et se faufile au travers d’un trou dans la bâche noire, est fixé en surplomb de la modeste natte qui lui sert de couche.

L’ensemble de l’équipement a coûté 7.500 takas (77 euros) à Kabir, financés à l’en croire par le don d’un de ses amis au Bangladesh.

En l’absence de lignes électriques, le solaire constitue une source d’énergie précieuse dans les camps rohingyas où tout manque.

Certains Rohingyas de Birmanie débarquent même au Bangladesh avec leur panneau solaire dans leurs baluchons d’exode. Leur région d’origine, dans le nord de l’État birman du Rakhine (ouest), est isolée et sous-développée: le réseau électrique ne s’étend généralement pas jusqu’à leurs villages.

Des réfugiés rencontrés par l’AFP accusent les autorités birmanes de ne pas réaliser à dessein les investissements nécessaires pour apporter le courant jusque dans les localités rohingyas, communauté musulmane paria dans ce pays à 90% bouddhiste. Toutefois, un Birman sur deux n’a pas accès à l’électricité, principalement dans les zones rurales.

[…]

AFP – JEUDI 19 OCTOBRE 2017 – Balukhali (Bangladesh) (AFP)

Cet article vous intéresse ? Pour en lire la suite cliquez ici 


Dernières news sur les innovations (Vous pouvez proposer 1 news sur ce sujet):

1 2 3 14

Voir les news plus anciennes

Share
Top