[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Le système de réinstallation des réfugiés perturbé par le décret de Trump

Le système de réinstallation des réfugiés perturbé par le décret de Trump

utahrefugeesandgovernor

Les gestionnaires des organismes de charité et les défenseurs des réfugiés croient que le réseau d’organisations sans but lucratif qui gère la réinstallation des réfugiés aux États-Unis mettra des années à se remettre des changements annoncés par le président Donald Trump. La suspension du programme d’admission pendant 120 jours et la diminution du nombre d’arrivées de 110 000 à 50 000 pendant l’année fiscale 2016-2017 auront ainsi de profondes répercussions. Le système de réinstallation n’est pas « un robinet que l’on peut ouvrir et fermer à notre guise », estime la défenseure des réfugiés Amy Slaughter. D’après elle, le programme est confronté à une « menace existentielle ».

La suspension affecte 67 689 réfugiés qui avaient déjà obtenu l’autorisation du département américain de la sécurité intérieure et qui étaient considérés comme « prêts à voyager ». Après la reprise du programme, qui devrait avoir lieu à la fin mai, seulement 20 000 réfugiés pourront être admis jusqu’à la fin du mois de septembre en vertu du nouveau quota de 50 000 (30 000 réfugiés ont été admis avant l’investiture de Trump). Les autres resteront dans l’incertitude, selon Mme Slaughter, administratrice en chef des opérations de RefugePoint, une organisation de défense des droits des réfugiés basée aux États-Unis. Cela inclut 13 928 Somaliens, 10 680 Irakiens, 8 886 Syriens, 1 805 Soudanais, 983 Iraniens et 29 Yéménites. Nombre d’entre eux devront sans doute refaire les longues démarches leur permettant d’obtenir les autorisations de sécurité et de santé nécessaires, car celles-ci expirent après un délai relativement court. Le processus d’approbation de la réinstallation prend rarement moins de deux ans. « Désormais, les réfugiés devront peut-être attendre deux années de plus pour être admis sur le territoire », a dit Mme Slaughter.

Les États-Unis ont accueilli 85 000 réfugiés l’an dernier et quelque 700 000 au cours des dix dernières années. Leur intégration a été facilitée par l’intervention de 300 centres répartis sur le territoire américain. Ces centres sont gérés par un noyau dur de neuf organisations sans but lucratif soutenues par des bénévoles issus de dizaines de congrégations religieuses, de groupes de citoyens et d’organismes de charité plus modestes. Selon les responsables des organisations non gouvernementales (ONG), ce vaste réseau est constitué de plusieurs milliers d’employés. Un seul des organismes de charité de réinstallation, le Comité américain pour les réfugiés et les immigrés (U.S. Committee for Refugees and Immigrants, USCRI), verse l’équivalent de 31 millions de dollars en subventions à 69 organisations américaines, incluant, par exemple, 103 000 dollars à Refugee Services of Texas et 76 388 dollars au YMCA de la région métropolitaine de Houston.

[…]

Cet article vous intéresse ? Pour en voir la suite cliquez ici ou copiez collez le lien situé en fin d’article

Auteur :
Ben Parker, IRIN NEWS
Url de l'article :
http://www.irinnews.org/fr/analyses/2017/02/03/le-systme-de-rinstallation-des-rfugis-perturb-par-le-dcret-de-trump
Share
Top