[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / UKRAINE : « NOUS DEVONS REMETTRE L’HUMAIN AU CŒUR D’UNE CRISE HAUTEMENT POLITISÉE »

UKRAINE : « NOUS DEVONS REMETTRE L’HUMAIN AU CŒUR D’UNE CRISE HAUTEMENT POLITISÉE »

Pour les ONG Action contre la Faim, DRC, NRC et l’institution de coordination humanitaire OCHA et l’organisme européen de protection civile ECHO, il faut remettre les populations au cœur des préoccupations et des solutions.

3 ans que le conflit armé perdure et que la crise se prolonge dans l’Est de l’Ukraine. Des millions de personnes font face à un futur incertain ainsi qu’à une importante crise humanitaire. La nature de l’assistance humanitaire a changé : alors que l’aide d’urgence est toujours aussi nécessaire, de nouveaux besoins émergent. Le pays doit entrer en phase de relèvement.

De nombreux facteurs empêchent encore les habitants de retrouver une vie normale de part et d’autre de la ligne de front : violation de cessez-le-feu, épuisement des ressources financières, problèmes de sécurité, souffrances psychologiques et psychosociales, manque d’abris adaptés, séparation des communautés et des familles, …

Les besoins des populations des deux côtés de la ligne de front peuvent varier, mais toutes ont le même espoir – que les combats s’arrêtent, et que les frontières créées artificiellement entre la zone contrôlée par le gouvernement et la zone non-contrôlée tombent.

Si 2,9 millions de personnes de la zone non-contrôlée par le gouvernement sont exclues du système de sécurité sociale ukrainien, de nombreuses personnes vivant dans la zone contrôlée ne savent pas non plus de quoi leur futur sera fait.

La crise humanitaire s’est transformée en crise de protection sociale, avec des conséquences sur la situation humanitaire, observe Mamar Merzouk, responsable à la Direction Générale du service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) en Ukraine. Barbara Manzi, responsable de bureau de coordination des Nations Unies pour les affaires humanitaires, partage cette analyse : « C’est une grave crise de protection sociale, dans laquelle des millions d’Ukrainiens ne peuvent faire valoir leurs droits auprès de l’Etat».

Malgré la forte implication des organisations humanitaires nationales et internationales, les besoins de protection sociale des déplacés internes augmentent, d’après Gianluca Galli, responsable régional du Conseil Norvégien pour les Réfugiés (NRC).

Les mécanismes d’acheminement de l’aide existent déjà dans les zones contrôlées par le gouvernement, mais l’accès à l’assistance par les habitants des zones non-contrôlées reste une grande préoccupation. « Nous nous demandons comment mesurer les besoins des populations dans les zones non-contrôlées par le gouvernement, tout en discutant avec les autorités de facto sur place pour organiser une réponse humanitaire appropriée », explique Dina Gud, experte de la protection sociale pour le Conseil Danois pour les Réfugiés (DRC). Les ONG ne s’attendent pas à être autorisées à travailler en zone non-contrôlée dans un futur proche, à moins que la communauté internationale ne fasse campagne efficacement et réussisse à trouver un accord. « Pour permettre à l’aide étrangère d’intervenir en zone non-contrôlée, nous devons plaider au plus haut niveau pour une décision politique venant de la Fédération de Russie », souligne Gianluca Galli.

De plus, dans le cadre du droit humanitaire international, « nous devons fortement rappeler aux autorités des deux parties en conflit leur obligation de subvenir aux besoins essentiels des populations sous leur contrôle », insiste Antoine Terrien, expert plaidoyer chez Action contre la Faim.

La crise en Ukraine, un pays à revenus faible et intermédiaire, se distingue de nombreuses autres crises globales, car le pays disposait d’infrastructures, d’un système éducatif et d’une économie comparativement développés avant le début du conflit. Pour permettre le relèvement, il s’agit d’investir dans le développement des compétences et l’autonomisation des bénéficiaires : cette approche centrée sur les personnes se reflète aux niveaux local, national et international et doit être au cœur des préoccupations et de l’action.

« Nos initiatives d’assistance ont pour but de revitaliser les communautés – de les responsabiliser pour qu’elles deviennent plus indépendantes. Ce que les gens apprécient, d’après mon expérience, ce n’est pas seulement lorsque vous leur donnez et lorsque vous les nourrissez, mais également lorsque vous contribuez à leur vie et à leur bien-être » continue Mamar Merzouk.

« Nous devons remettre l’humain au cœur d’une crise hautement politisée. Finalement, plus les conflits sont politisés, plus nous devons remettre l’accent sur l’humain », plaide Mamar Merzouk de la protection civile européenne.

Les experts internationaux soulignent également l’importance de la création de partenariats pour la résolution de conflit. « L’une des conséquences de ce conflit est la séparation des communautés, ce qui détruit le lien social », souligne Galli. Or comment les rapprocher et les mobiliser au niveau national ? Barbara Manzi, d’OCHA, propose d’investir dans la société civile. « La durabilité sur le plus long-terme peut être assurée en coopérant et transmettant les connaissances et bonnes pratiques aux partenaires locaux. Identifier les réseaux forts d’organisations s’appuyant sur les communautés et les associations de la société civile est nécessaire, afin de s’assurer que les investissements portent leurs fruits », explique-t-elle.

Donner la parole aux communautés affectées par le conflit, leur donner la possibilité d’être entendues, doit être un élément essentiel de la réponse humanitaire. « Nous devrions nous battre non seulement pour donner et nourrir, mais aussi comprendre ce qui se passe exactement là-bas », affirme Dina Gud de DRC.


Dernières news sur les crises humanitaires en cours (Vous pouvez proposer 1 news):

1 2 3 61

Voir les news plus anciennes

Auteur :
Action contre le faim
Url de l'article :
http://www.actioncontrelafaim.org/fr/content/ukraine-nous-devons-remettre-l-humain-au-coeur-d-une-crise-hautement-politisee
Share
Top