[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2620.2104919260814!2d1.929988615238495!3d48.94947770224358!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47e68dfc09fb1095%3A0x69abf0b5bb0cb8a8!2s15+Rue+des+Fontenelles%2C+78920+Ecquevilly!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1468859643219&w=600&h=450]
Home / news / Au Yémen, chaque jour sans aide est « un jour de plus vers la famine »

Au Yémen, chaque jour sans aide est « un jour de plus vers la famine »

Les ONG s’alarment des conséquences catastrophiques du blocus renforcé par Riyad ; 21 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire urgente.

Les chiffres sont effarants. Plusieurs millions de victimes supplémentaires sont à craindre au Yémen si le blocus imposé depuis lundi par la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite est maintenu. Le pays pourrait subir la « plus grande famine » de ces dernières décennies, s’est même alarmé mercredi le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires de l’ONU, Mark Lowcock, lors d’une réunion à huis clos des 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Après deux ans et demi de guerre, le pays continue de subir de plein fouet les conséquences désastreuses de l’intervention de la coalition arabe. Le tir, par les rebelles houthis, d’un missile balistique en direction de Riyad à partir du Yémen le week-end dernier a conduit au renforcement du blocus, déjà en place depuis le début du conflit, et à la fermeture des ports, aéroports et accès routiers. La coalition a expliqué vouloir de cette façon empêcher tout transfert d’armes de l’Iran aux rebelles yéménites, dans un contexte de hautes tensions entre Riyad et Téhéran. Les prix des produits de nécessité ont augmenté de façon conséquente, les prix de l’essence et du diesel ont doublé, voire triplé, et la valeur de la devise locale, le rial, a bondi en quelques jours. De quoi alarmer la population à Sanaa, malgré les assurances de l’administration rebelle, aux commandes de la capitale yéménite.

Certains finissent par abandonner tout moyen de transport, pour économiser un peu d’essence. « Tous sont touchés, mais ce sont surtout les Yéménites qui souffrent », souligne à L’Orient-Le Jour Soumaya Beltifa, en charge de la communication du Comité international de la Croix-Rouge, à Sanaa, et qui raconte que son collègue fait deux heures de marche pour se rendre à son bureau. Les prix de l’essence ont tellement augmenté que certaines stations ont fermé. Les moyens de transport en commun se font rares, pour économiser du carburant. « Tous sont inquiets, mais aussi en colère du silence de la communauté internationale. On voudrait que tout se débloque au plus tôt », affirme-t-elle.

[…]

Cet article vous intéresse ? Pour en lire la suite cliquez ici 


Voir également le dossier collaboratif sur cette FAMINE
C'EST ICI

Dernières news sur la Famine en cours (Vous pouvez proposer 1 news):

1 2 3 14

Voir les news plus anciennes

Share
Top